S’attaquer au racisme ordinaire

Parmi les titres les plus dérangeants de la rentrée littéraire, il y a Les peaux rouges d’Emmanuel Brault. Un premier roman étonnant sur le thème du racisme ordinaire. 

Résumé:

emmanuel bréault« Ce matin, je sors, plutôt pressé, et j’ai pas fait trente mètres, que paf… une rouge avec sa marmaille me rentre dedans au coin de la rue. Elle se casse la figure et me gueule dessus. Elle me dit que je l’ai fait exprès, que c’est une agression. En temps normal, on se serait excusés, j’aurais fait mon sourire de faux cul et tout serait rentré dans l’ordre. Mais non, je trouve rien de mieux que de lui cracher : «fais pas chier sale rougeaude» et manque de pot, une passante qui arrive derrière moi a tout entendu. C’était puni par la loi du genre super sévère depuis les événements, à égalité avec viol de gamin ou presque. On était à trente mètres de chez moi, ils m’ont facilement retrouvé. Et là mes amis, mes problèmes ont commencé, et des vrais comme on n’en fait plus. » Amédée Gourd est raciste. Il pense comme il parle. Mal. La société entreprend de le rééduquer. Grinçant par son sujet, ce roman tendre et loufoque met en scène un antihéros comme on en voit si peu dans les livres, et si souvent dans la vie. Une histoire d’amours ratées mais de haine réussie. Une fable humaine, trop humaine

Coup de Coeur:

« Une histoire de haine, d’amour raté et de pensée tronquée, mais aussi d’excès, d’absurdités, de drôlerie : une fable humaine et dérangeante. » Clémence
 

Avis:

« Dans une langue infiniment créative, celle d’un adulte qui n’aurait pas tous les mots, Emmanuel Brault réussit le pari de nous attacher à un salaud. » Actuallité

« Le style est direct. Le discours sans fioritures. Le rythme est soutenu, pressant. Il y a comme une urgence, un impératif. Ce premier roman surprend par la maturité de son écriture. » Bookapax

« Outre une critique de la société, l’auteur, Emmanuel Brault met aussi en avant, grâce à son antihéros, cette mauvaise langue française qui n’a jamais sa place dans la littérature. Il nous offre ainsi pour un premier roman une histoire difficile, pleine de haine, de violence d’absurdité et d’excessivité.«  Librairie Le Chat Botté

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s