Le treizième conte, un premier roman dans lequel on se perd avec délice !

Bonjour, aujourd’hui nous souhaitions vous présenter un premier roman sorti en poche en 2011, Le treizième conte par Diane Setterfield !

RESUME

Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l’écart du monde, s’est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son imagination. Aujourd’hui, âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l’extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à Margaret Lea est une injonction : elle l’invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l’imaginaire. Et elle ne croit pas au récit de Vida. Dès lors, les deux femmes vont confronter les fantômes qui hantent leur histoire pour enfin cerner leur propre vérité…

 

BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR

Diane Setterfield vit en Angleterre, à Londres. Spécialiste de littérature française, elle a soutenu une thèse sur André Gide et a donné des cours à l’École Nationale Supérieure de Chimie de Mulhouse et à l’Institut Universitaire de Technologie de Mulhouse. Le Treizième Conte (Plon, 2007) est son premier roman, suivi en 2015 de L’Homme au manteau noir publié chez le même éditeur.

diane setterfield

 

COUP DE COEUR

« Voici un roman où l’on se perd avec délice, où l’on se fait mener par le bout du nez jusqu’à la fin. C’est une histoire pleine de secrets de famille, qui nous plonge dans une atmosphère de livres et de passionnées de lecture, une ambiance noire, des paysages comme ceux qu’ont pu dépeindre les sœurs Brontë, une histoire pleine d’émotions, des personnages aux âmes torturées…. Voilà longtemps qu’un livre ne m’avait ainsi envoûtée… »Karine

 

LA PRESSE

« Dense, bourré de surprises et de fausses pistes, déroutant, intrigant, captivant, un peu gothique et terriblement britannique. »Daphné de Saint Sauveur –Le Figaro Madame

« Un hommage aux livres, à la littérature du XIXe siècle anglais, à la magie des mots, à l’art de raconter des histoires. Roman dans le roman, mise en abîme, la verve romanesque de Diane Setterfield fait des merveilles. Un livre à dévorer. »Marilyne Camhi – LeFigaro.fr

« Le Treizième Conte est le genre de livre pour lequel on se réveille en pleine nuit afin de continuer à le lire. »Reader’s Digest

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s