Rentrée littéraire : coup de coeur pour le roman de Pascal Manoukian

pascal-manoukian-pour-web

« Quand on a lu et aimé Les échoués, le fantastique premier roman de Pascal Manoukian, on attend forcément avec impatience et émotion ce nouveau texte.
Si pour Les échoués, il avait pris soin de positionner son intrigue dans les années 90, une distance lui permettant de questionner nos drames actuels. Dans Ce que tient ta main droite t’appartient, l’actualité nous foudroie. Ce texte met en scène un drame malheureusement très réaliste. Charlotte, une trentenaire, est victime d’une attaque terroriste alors qu’elle boit un verre à la terrasse d’un café parisien. Dévasté, Karim, son compagnon, décide de remonter la piste du commanditaire. Il prend la route de la Syrie à la recherche d’un certain Abou Ziad. 

pour-blog
L’écriture est précise et documentée. On retrouve la patte du reporter, observateur et photographe. Il donne à voir une terrible réalité et surtout la difficulté des Etats à combattre ces réseaux tentaculaires qui s’infiltrent dans la moindre brèche. Encore une fois, Pascal Manoukian livre un roman puissant. Une nouvelle pierre à son oeuvre littéraire. Nous sommes heureuses d’annoncer sa visite au Chat Pitre de Fécamp en avril prochain.  » Clémence

Ce que tient ta main droite t’appartient, Pascal Manoukian, 288 pages, prix : 18,90 euros

Le livre :

« Si ce soir-là Charlotte n’était pas sortie dîner entre filles, elle promènerait Isis dans les allées d’un square. Il lui achèterait des livres qu’elle laisserait traîner sur la table de nuit. Chaque jour, elle serait plus belle. Chaque jour, il serait plus amoureux. Ils boiraient du Sancerre au bonheur de leurs 30 ans, danseraient sur Christine and the Queens. La vie ne tient parfois qu’à un bas filé… »

Le miracle n’arrivera pas : cette nuit-là, Karim perd tout. Son désir de vengeance va le mener jusqu’aux ruines d’Alep, au cœur de la machine à embrigader de Daech. Là où se cachent les monstres, mais aussi les centaines d’égarés qui ont fait le mauvais choix pour de mauvaises raisons. Là où il faudra lutter pour ne pas ressembler aux bourreaux.
Un voyage réaliste au pays mal connu de l’embrigadement et de toutes les violences.

L’auteur : 

Pascal Manoukian, ancien reporter de guerre, a dirigé l’Agence Capa. En 2013, il publie un récit, Le Diable au creux de la main, dûment salué par la critique. Son premier roman, Les Échoués (2015), a reçu un bel accueil auprès des lecteurs, des libraires et des médias.

Dans le Parisien :

presse-1

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s