Du rire aux larmes en un claquement de doigts

« Attention, je me dois de vous avertir que si vous commencez ce roman, vous n’aurez pas de repos avant d’avoir lu la dernière ligne.

Tout simplement parce que Donna Tartt a un don, celui de rendre tout ce qu’elle écrit incroyablement vivant. On ne lit pas Le Chardonneret, on le décrypte à la manière d’une gigantesque fresque artistique. L’auteure nous propose ici un roman-fleuve magistral, fourmillant de détails. A travers les vies de ses personnages terriblement humains, c’est la vie elle-même que nous explorons.

Ce récit illustre à merveille le fameux Effet papillon, ou les conséquences inimaginables que peuvent avoir des faits à première vue insignifiants ; comment une visite au musée va influencer toute une vie, celle d’un jeune garçon de 13 ans, Theo, à qui l’on va s’attacher inévitablement. Donna Tartt a cette capacité à créer des ambiances très visuelles, exprimant tour à tour et à la perfection la poésie, la sordidité ou la tension de la scène décrite ; ce sens de la formule qui nous pousse à réagir à des bribes de phrase, mots, comme autant de petits éclats lumineux parsemant la lecture. Elle réussit avec brio à jouer avec nos émotions, nous faisant passer du rire aux larmes en un claquement de doigts. Le moindre décor ou objet est mis en valeur par des descriptions soignées, et les personnages à la psychologie très fine nous sont douloureusement familiers, chacun possédant ses faiblesses, ses obsessions, faisant d’eux de vraies personnes et non plus des silhouettes d’encre et de papier. La trame des relations entre tous les noms croisés au détour de ce récit forme un réseau tentaculaire, dans lequel tous finissent par se rejoindre et où tout a sa place.

Chaque ligne de ce roman est tangible, comme si d’une seconde à l’autre vous pouviez vous retrouver plongé au cœur même du terrible destin du véritable héros : le tableau. Ce célèbre tableau, gardien muet des aventures de Theo, vivra avec lui ses erreurs et ses joies, ses doutes et ses amours, voyagera de Las Vegas à Amsterdam, pour un périple inoubliable. Il sera là, dans l’ombre et la lumière, à guetter la terrible chute ou la sublime rédemption de son possesseur d’une vie.

Etes-vous prêts à entrer dans le monde de Donna Tartt ? Vous risqueriez de ne plus vouloir en sortir ! » Camille Jeandet

Le Chardonneret de Donna Tartt, 11,40 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s