Fight Club vingt ans après…

camille fight club

« La première question qui se pose quand sort la suite d’un roman, surtout d’un chef d’oeuvre culte, surtout 20 ans après, est : est-ce vraiment bien nécessaire ?

Et bien dans ce cas, oui et non …

Oui pour le plaisir toujours aussi grand de retrouver cet auteur génial qu’est Palahniuk. Oui pour le scénario complètement déjanté qu’il nous propose. Oui pour l’objet magnifique qu’il nous offre. En effet, nous reprenons l’histoire où nous l’avions laissée, et c’est un bonheur de retrouver Marla, Sebastian et Tyler de nouveau réunis, pour un projet Chaos absolument hors limites. Dans cet opus, notre anti-héros loser devra faire face à ses démons, combattre Tyler pour retrouver son fils et sa santé mentale. Palahniuk nous mène par le bout du nez dans ce scénario foisonnant, riche en détails et en révélations, et se permet même d’apparaître dans sa propre histoire pour en changer le cours. Ce roman graphique recèle d’idées malignes, d’humour noir. Comme à son habitude, Palahniuk glisse une critique bien sentie de la société de consommation, et explore de manière très habile les relations père-fils, un des thèmes phare du premier opus. Il aborde de plus un thème fort en sens, à savoir le fait que les personnages de fiction survivent à leurs oeuvres. Nous avons également droit à une fin comme il sait les faire, sombre et totalement cynique. Côté image, Cameron Stewart nous bluffe avec des cases tour à tour brillantes, violentes, nostalgiques, et son trait qui n’est pas sans rappeler les acteurs du superbe film de Fincher nous en met plein la vue. Le fait de masquer certains dialogues et de jouer sur des effets de superposition est bien vu et donne un cachet à ses cases. De plus, le livre en lui-même est un très bel objet, et nous offre plusieurs cadeaux : fins alternatives, artworks…

Le bémol résiderait plutôt dans la manière dont Palahniuk change le twist final du premier opus en le transformant en tout autre chose… Certains pourront rester dubitatifs devant ce changement, étant donné que ce twist représentait le coup de génie de Fight Club.

Pour ma part, ce roman graphique est plus un gros bonus que l’auteur nous offre plutôt qu’une véritable suite, le titre pourrait même en être « More of Fight Club ». Cependant, que les fans ne boudent pas leur plaisir, et filent retrouver ce club fort en sensations ! »
Camille

Fight Club 2 de Chuck Palahniuk, Super 8, 25€

2 Comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s