Rencontrez la romancière Emilie de Turckheim

 

De TURCKHEIM Emilie - Date: 20100830 ©Philippe MATSAS/Opale/Leemage
©Philippe MATSAS/Opale/Leemage

A l’occasion de la parution de Popcorn Melody, Emilie de Turckheim viendra à la rencontre de ses lecteurs normands samedi 21 novembre à 14h.

L’AUTEURE :

Née en 1980, Emilie de Turckheim publie à vingt-quatre ans Les amants terrestres. Son expérience de visiteuse à la prison de Fresnes lui inspire en 2008 Les Pendus. Les éditions Héloïse d’Ormesson publie Le joli mois de mai en 2010, Héloïse est chauve en 2012, Une Sainte en 2013. La disparition du nombril, paru en 2014, a remporté le prix Nimier 2015.

LE LIVRE :

popcorn melody

Tom Elliott, la trentaine, est propriétaire de la dernière supérette de Shellawick, un bled paumé du Midwest, frappé par l’alcoolisme et le chômage, situé au milieu d’un désert de cailloux noirs infesté de mouches. La moitié des habitants de Shellawick se tuent à la tâche dans l’usine de pop-corn du groupe Buffalo Rocks, magnat industriel qui domine toute la région. Depuis des années, la bourgade se meurt et les commerces ferment les uns après les autres. Mais le coup fatal est porté par l’ouverture d’un immense supermarché ultramoderne juste en face du commerce de Tom. La descente aux enfers commence…

DANS LA PRESSE :

« D’une plume savamment rock’n’roll, la romancière anime une belle galerie de personnages frondeurs et rend hommage aux Indiens des Plaines. »
L’Express, 26 août 2015

« Avec un petit style piquant, l’auteur de la Disparition du nombril porte un regard faussement comique sur la quête de plénitude dans nos sociétés. »
L’Obs, 03 septembre 2015

« Le timbre d’Émilie de Turckheim happe par sa singularité. Popcorn Melody est un
roman américain écrit dans un français inventif, avec des jurons dignes du capitaine Haddock, des personnages tendres et rugueux, dans un univers drôle et tragique. »

ELLE, 25 septembre 2015

« Un roman plein de culot et d’humour qui met le doigt là où ça fait mal. »
Cosmopolitan, 01 octobre 2015

« Son verbe est plein d’allant, empruntant une large gamme de tonalité du parler rugueux façon sortie de saloon au phrasé délicat du court poème japonais façon cours d’ikebana. Ça désarçonne forcément un peu. On est dans l’Ouest, que diable ! »
Le Figaro littéraire, 01 octobre 2015

« Il y est question de l’histoire oubliée des Indiens des plaines autant que de la poésie comme résistance opposée à un monde qui vous broie. Ce livre inventif (les jurons des habitants!) est aussi délicieusement azimuté que discrètement grave. »
Le Monde des livres, 16 octobre 2015

« Ses personnages étranges évoquent l’ambiance des films des frères Cohen et des romans de John Irving. « Un certain niveau de manque est une bénédiction », dit l’un de ses héros. Sauf si l’on se prive d’une telle lecture! »
France Dimanche, 19 octobre 2015

« Sa « Popcorn Melody » est une réussite. Croustillante et moelleuse. Musicale. C’est plus qu’une mélodie, c’est une symphonie. C’est Zola en Amérique, « Au bonheur des dames » version rock. »
Le Point, 29 octobre 2015

article Côté Caux

A LIRE AUSSI 

4 3 2 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s